Monastères bulgares de la foi orthodoxe

Des monastères, des églises et plus de deux cents chapelles entourent la ville d'Assenovgrad, sertie comme une pierre précieuse dans le pays des Thraces, au pied des Rhodopes, couronnée par la forteresse majestueuse datant du Moyen âge bulgare et construite par le tsar bulgare Ivan-Assen II.

Le Jérusalem bulgare, c'est ainsi que l'on prénomme la cité auguste d'Assenovgrad, témoin de la grandeur du Deuxième Royaume Bulgare, berceau de la foi orthodoxe bulgare.

Monastère d'Arapovo-Араповски манастир

Le monastère d'Arapovo « Sainte Nedelya » (Sveta Nedelya) est un monastère orthodoxe bulgare appartenant au prieuré d'Assenvograd du diocèse orthodoxe de Plovdiv.

[Monastère Arapovo]
L'église Sveta Nedelya

Situé à 6 km à l'est d'Assenovgrad, le monastère fut érigé au XIXe siècle, non loin d'une ancienne source miraculeuse (ayazmo) côtoyant le village de Zlatovrah (autrefois portant le nom du lieu-dit Arapovo). Un des rares monastères bulgares construit au milieu d'une plaine.

Grâce aux dons des autochtones, en 1856 commencent les travaux de construction du monastère, conduits par l'archimandrite Sofronii.

En 1859 une école, affilée au monastère, a été fondée. L'église paroissiale fut dédiée à la Sainte martyre Kyriaki (Sveta Nedelya, Sainte Dominique), née un dimanche - d'où son nom Dominique - en Arménie Mineure. Le prénom a été grécisé de l'arménien Guiryagui - qui signifie dimanche, en grec kyriaki signifie dimanche. Ayant refusé d'obéir à la volonté du gouverneur de la Petite-Arménie, elle fut soumise aux atroces supplices et décapitée peu après.

Dans la partie sud de la paroisse, s'élève une tour d'habitation à trois étages en pierre, associée au nom de Anguel voïvode [Angel voyvoda], un des plus illustres haïdouks dans le pays, qui fut le principal donateur pour édifier le monastère.

Monastère de Batchkovo-Бачковски манастир

[Batchkovski manastir]
Monastère Batchkovo

Le monastère de Batchkovo, situé à 10 km au sud de la ville d'Assenovgrad, au bord de la rivière Tchaya - anciennement appelée Assenitsa ou Tchepelarska - est le deuxième grand monastère orthodoxe de Bulgarie, après le monastère de Rila. Blotti dans les contreforts des Rhodopes, le monastère fut construit en 1083 par Grégoire Pakourianos et son frère Abas – des militaires byzantins d'origine arménienne, provenant de Géorgie. Il fut dédié à la Vierge Marie – d'où son nom Sveta Bogoroditsa (Sainte Mère de Dieu) ou bien Uspenie Bogoroditchno (Dormition de la Vierge).

Sous le Deuxième Royaume, le monastère recevait des importantes dotations de la part des souverains bulgares, principalement des tsars Ivan-Assen II (1218–1241) et Ivan-Alexandre (1331–1371) et devint ainsi un centre culturel connu par son école littéraire. C'est ici que le dernier patriarche bulgare Euthyme de Tărnovo (1327–1402) aurait disparu.

Au XIVe siècle, lors de la première invasion ottomane, le monastère de Batchkovo fut saccagé et détruit, mais bientôt après reconstruit et rénové tout au long des trois siècles qui suivirent.

Au debut du XVIIe siècle furent construits la deuxième église « Uspenie Bogoroditchno » (La Dormition de la Vierge) et le réfectoire.

La plus ancienne église du prieuré est Sveti Archanguéli (Les saints Archanges), probablement édifiée au XIIe siècle, épargnée par l'incendie de 1595.

Ses fresques situées à deux niveaux, furent peintes en même temps que celles de la troisième église de la paroisse « Sveti Nikola (Saint Nicolas), l'œuvre du grand maître iconographe Zacharie Zographe, entre 1841 et 1846.

Monastère de Kouklen-Кукленски манастир

Le monastère des saints Cosme et Damien de Kouklen (prononcer Kouklène), appelés aussi Saints Vratch (Saints Guérisseurs) est situé en hauteur à 2 km du village de Kouklen et à 10 km à l'ouest d'Assenovgrad, sur le contrefort des Rhodopes Occidentales, Tchernatitsa.

[Monastère Kouklen]
Monastère des Saints Cosme et Damien

Bâti à proximité immédiate d'une source miraculeuse, à l'origine, le monastère portait le nom de ses deux protecteurs, les saints Cosme et Damien, des médecins réputés dans le monde chrétien pour leurs dons de guérisseurs. Bien que d'après certains chercheurs le monastère fût érigé par les deux frères Grigorii et Abassii Bakuriani – les fondateurs du monastère de Batchkovo, dès nos jours la thèse la plus répandue de la construction du prieuré près d'une source miraculeuse sous le Deuxième Royaume Bulgare s'impose. La source miraculeuse fut connue aux temps des Thraces par ses propriétés curatives lesquelles auraient pu guérir des maladies mentales.

À l'époque du règne du tsar Ivan-Alexandre II (1341–1371), le monastère jouait un rôle prépondérant dans la vie littéraire et spirituel du pays.

Le monastère de Kouklen resta intact au cours des différentes invasions, puis plus tard fût détruit lors de la domination des Ottomans au XVIIe siècle et, après avoir été restauré, il devint le centre littéraire et éducateur le plus important en Bulgarie du sud. Son école de grammairiens-calligraphes était unique en son genre. Les copies des manuscrits des hieromoines Anani et Sidor et du grammairien Krustiu sont conservées actuellement dans les bibliothèques nationales de Sofia et de Plovdiv.

Béatrice Papazyan

Voir les autres photos

Publié le | Mis à jour