L'église de Boyana

La plus belle contribution bulgare à l'art médiéval

La ville de Sofia comporte des merveilles et ses environs recèlent un joyau, d'un prix si inestimable que l'UNESCO l'a inscrit sur la liste de son patrimoine.

Longtemps privée de ses admirateurs émerveillés pour des raisons que l'Histoire nous rappelle, et des décennies de travaux interminables, elle a laissé tomber ses remparts d'échafaudages et lève enfin le voile sur son incomparable splendeur.

[Boyana, église]

Laissez-vous séduire dès l'entrée de son jardin, véritable écrin de verdure où l'immense séquoia centenaire ne manquera pas de vous chuchoter en agitant ses branches les secrets de ces fresques si mystérieusement belles. L'allée de buis qui conduit à l'église elle même est simplement resplendissante. C'est au cœur de cette élégance végétale simple que la beauté des lieux atteint son paroxysme. L'impératrice Eléonore de Bulgarie y repose tranquillement et veille de son imperceptible présence sur les lieux.

Une fois la lourde porte ouverte, le spectacle commence.

Quelques 90 fresques sont révélées à l'œil ému du spectateur qui a souvent le souffle coupé devant tant de beauté.

Boyana est un chef d'œuvre de la peinture médiévale bulgare. L'on dit même que leur exécution peut rivaliser avec celle des maîtres italiens de la période précédant la Renaissance.

Lorsque vos pas vous conduiront au bout de l'église, vous ne manquerez pas d'observer avec attention la Cène et les plats sur la table. L'ail, composante par excellence de la cuisine bulgare y trône en bonne place, ce qui tend à prouver que le maître d'œuvre était bulgare lui aussi. Son portrait est dessiné à l'entrée et son regard est tel que celui-ci vous suit où que vous soyez. L'œil du maître en quelque sorte.

[Panneau en mosaïque]
Desislava et Kaloyan

Je pourrais également choisir de m'arrêter sur le tendre regard de Dame Desislava, épouse du sébastocrator (haut dignitaire du royaume bulgare) Kaloyan mais je préfère que vous vous laissiez conquérir par la beauté quelque peu envoûtante de l'endroit.

Si Boyana est considérée comme l'une des églises préférées des Bulgares de par les chefs-d'œuvre qu'elle renferme en son sein, elle n'en demeure pas moins une église au droit d'entrée un peu élevé.

Certes, le long travail de restauration mérite bien qu'on lui consacre un peu d'argent, car ce travail, au prix de longues années de patience et d'effort nous offre aujourd'hui un vibrant témoignage pour l'humanité tout entière.

Rien ne peut supplanter une telle beauté. La beauté de ces lieux descend tout droit des cieux pour vous parler de Dieu.

Catherine Minard,
avec la participation de Dimitar Orechkov et de Belcho Belev

Adresse de l'église de Boyana : 1-3, rue Boyansko Ezero - Sofia

Transport : bus 64 et 107 ; minibus 21, taxi.

Les travaux de rénovation de l'église

Il y a 750 ans, deux Bulgares ont tourné le dos à toutes les épreuves et l'adversité, de la maladie et des incursions ennemies, et, inspirés par toutes les bonnes et belles choses en ce monde, ont achevé les peintures murales de l'église de Boyana, en nous léguant un trésor. C'est le plus grand trésor de cette époque à avoir été préservé et qui nous soit parvenu. Ce sont des images expressives et vibrantes de vie, des silhouettes exquises et des combinaisons de couleurs. En fait, il y a là tout ce qui les maîtres italiens, qui ont travaillé 70 ans plus tard, est considéré comme le signe avant-coureur de la Renaissance.

fresque Saint Nicolas
Fresque mer ouleuse

Cette fresque illustre une scène de la vie de Saint Nicolas. Une mer houleuse au premier plan. Le bateau sur lequel sont suspendus des boucliers de chevaliers est sur le point de chavirer. Les mouvements des marins expriment la détresse, Saint Nicolas d'un geste serein apaise la mer.

Afin de ne pas oublier pour un instant les difficultés financières et les déficits budgétaires, les préjugés politiques et les querelles, rendre ce trésor accessible à tous les Bulgares, à l'Europe, au monde et rendre hommage à ces créateurs, le projet suivant avait été mis en place en 2011.

Le Musée National d'Histoire (MNHB), le Réseau bulgare de l'Éducation et de la Recherche (RBER), International Software and Information Services Ltd (ISIU) (ИСИУ ООД - Интернационални софтуерни и информационни услуги), sous le patronage du Premier ministre Boyko Borissov, le ministre de la Culture Vejdi Rachidov et le ministre Bojidar Dimitrov, ainsi qu'avec le soutien de la Commission nationale de la République de Bulgarie de l'UNESCO, avait organisé une campagne consacrée au 750ème anniversaire des peintures murales de l'église de Boyana - la meilleure contribution de la Bulgarie à l'art médiéval. Cette initiative avait été suivie par de nombreux intéressés par l'achat des copies sur DVD d'une présentation de l'église de Boyana.

Comprenant 20 courts-métrages avec une piste sonore en 6 langues : bulgare, anglais, allemand, français, russe et japonais. Six de ces films donnent une image générale de l'architecture, des peintures murales et de l'histoire de l'Église, le reste montre des scènes de la Sainte Écriture, des saints et des donateurs peints sur les murs.

Une partie importante des revenus de cette vente a été utilisée pour la socialisation de l'église de Boyana, afin de rendre ce lieu plus attrayant et accessible pour les visiteurs et les citoyens de Sofia.

Tzvetana Kyosseva, Directrice MNHB,
Boyko Lechev, Secrétaire RBER
Yuri Atanassov, Gestionnaire ISIU

Publié le | Mis à jour