Après la libération des infirmières bulgares et du médecin

Les infirmières bulgares et le médecin palestinien sont libres

24 juillet 2007. L'avion présidentiel français emmène les prisonniers en Bulgarie. Le président de Bulgarie, monsieur Parvanov a signé le Décret d'annulation de la peine. Après l'atterrisage à Sofia, l'accueil des proches et des personnalités officielles, les infirmières et le médecin bulgares quittent, libres, l'aéroport. Une visite médicale puis un repos à la résidence de Boyana sont prévus, ainsi que trois semaines au bord de la mer Noire.

La présidence de l'UE a salué la conclusion des démarches nécessaires qui ont permis le retour du personnel médical bulgare à Sofia.

Ashraf, le médecin bulgare, d'origine palestinienne s'est marié le 1er décembre 2007 avec Olya, jeune bulgare qu'il avait rencontrée peu de temps après la libération.

Les infirmières bulgares témoignent de leur emprisonnement en Libye

Nous n'avons pas demandé une nationalité étrangère

—Valentina Siropoulu

Valentina Siropoulu, une des infirmières bulgares libérées s'est exprimée : Personne parmi nous n'a voulu changer la nationalité. Nous ne sommes pas non plus sous pression quant à une décision d'entamer une action en justice.

Ce commentaire fait suite à une rumeur divulguée par la version électronique du journal espagnol ABC, selon laquelle elles réfléchiraient à la possibilité de demander l'asile politique en France. C'est ce que déclare au journal l'avocat Stéphane Zerbib ; d'après lui le choc psychologique de leur retour rapide est la raison de leur volonté de quitter la Bulgarie.

Elles sont totalement isolées, parce qu'elles vivent dans une résidence loin du centre de Sofia et ne peuvent pas la quitter sans l'autorisation des autorités, a-t-il indiqué sur France Info.

Mais concrètement l'équipe des Avocats Sans Frontières n'a jamais été nos défenseurs, car ils n'étaient pas habilités à plaider devant les tribunaux, a rajouté Valentina Siropoulu. (Ndlr. Les avocats français ne peuvent pas plaider devant les tribunaux libyens faute d'accord entres les deux pays).

L'hebdomadaire Le Nouvel Obs publie le 30 août 2007 les propos recueillis par Sylvie Véran Nos âmes n'ont pas encore quitté la Libye.

Un récit documentaire a été diffusé en décembre 2007 par la télévision suisse TSR. Infirmières bulgares : le grand marchandage, diffusé par ARTE France samedi 24 mai 2008.

Décoration Stara Planina

Le 04 octobre 2007 dès son arrivé à Sofia, le président Nicolas Sarkozy s'est rendu à la cathédrale Alexandre Nevski. Il a rencontré les infirmières et le médecin bulgares et a reçu la plus haute distinction bulgare Stara Planina, pour son rôle dans la libération le 24 juillet 2007 des personnels soignants bulgares.

Le 07 juillet 2008, Condoleezza Rice, secrétaire d'État des États-Unis, a reçu également la plus haute distinction de Bulgarie pour son rôle dans la libération des cinq infirmières et du médecin bulgares.

Révélations

Presque dix ans après - 04 novembre 2016 - le site Mediapart affirme avoir obtenu le témoignage figurant dans un carnet aux mains de la justice française, ayant appartenu à Choukri Ghanem, chef du gouvernement de Kadhafi de 2003 à 2006, dans lequel il est indiqué que deux hauts responsables du renseignement libyen auraient eux-mêmes inoculé le virus VIH aux enfants dans le cadre d'une « opération spéciale ». Ces révélations pourraient aider les infirmières et le médecin à obtenir des dédommagements pour le compte de la Libye et s'adresser à la Cour européenne aux droits de l'Homme à Strasbourg. Source Mediapart.fr

Livres parus sur le sujet des infirmières bulgares

Pour la peau de Kadhafi
Guerres - Secrets - Mansonges. L'autre histoire

Kadhafi, révélationsCo-écrit avec le magistrat Rosario Priore par l'écrivain bulgare Roumiana Ougartchinska. L'enquête révèle des faits inédits concernant la Libye, ainsi que sur la libération des infirmières bulgares et l'homme d'état Mouammar Kadhafi, assassiné en 2011. Livre paru chez Fayard, début novembre 2013.
Pour la peau de Kadhafi: Guerres, secrets, mensonges

Le Prix de la liberté.
Libye, les coulisses d'une négociation

Libye, les coulisses de negociationMarc Pierini, diplomate, représentant de la Commission européenne en Tunisie et en Libye au moment des faits, a été le principal négociateur de la libération des infirmières bulgares et du médecin. Ce livre raconte les tours et les détours de la négociation, la création d'un fonds pour soigner les enfants et soutenir les familles, les effets, parfois dévastateurs, de cet afflux d'argent dans la société libyenne. Les coulisses d'une grande négociation internationale pour retrouver le chemin de la liberté, au prix de la justice et parfois de la vérité. La préface est signée de Benita Ferrero-Waldner, commissaire européenne aux relations extérieures et à la politique européenne de voisinage. Actes-Sud. Mars 2008 -ISBN 978-2-7427-7453-1 / AS5995

Le prix de la liberté : Libye, les coulisses d'une négociation

Neuf ans d'enfer - Cauchemar

Snejana DimitrovaUne des infirmières bulgares, Snejana Dimitrova, raconte le destin d'une femme ordinaire prise dans une machinerie impitoyable. Elle a 45 ans et deux grands enfants, lorsqu'elle part travailler en Libye pour gagner un peu plus d'argent et faire le point sur sa vie. Elle sera arrêtée à l'hôpital six mois plus tard et jetée en prison. Parution octobre 2007 aux éditions Michel Lafon, 264 p. ISBN 13978-2-7499-07.

Cauchemar, le témoignage bouleversant d'une infirmière bulgare

J'ai gardé la tête haute

Kristiana Valceva Christiana [Kristiyana] Valcheva raconte son expérience dans un livre paru en octobre 2007 aux éditions Oh! éditions. Par Marie-Thérèse Cuny, Miroluba Benatova, et Kristiyana Valcheva. Au terme de huit ans d'horreur dans les prisons libyennes, Kristyiana a sauvé plus que sa vie, elle a sauvé son âme. Elle est toujours Kristiyana. Elle a gardé la tête haute. 288 pages - ISBN : 2915056676.
J'ai gardé la tête haute

Ruptures

Ruptures Les journalistes Michaël Darmon et Yves Derai décrivent la libération effectuée par Cécilia Sarkozy.(Note de BGFR : certaines informations ont été démenties par Claude Guéant, secrétaire général de l'Élysée.) Yves Derai avait réalisé un entretien avec Cécilia en exclusivité pour l'Est Républicain. Paru en janvier 2008 aux Éditions du Moment.
Ruptures

Mis à jour