Les trésors de Bulgarie, l'or des Thraces

La Thrace, Trakyia en bulgare, était une région de la péninsule balkanique répartie aujourd'hui entre la Grèce, la Roumanie, la Bulgarie et la Turquie.

La Bulgarie est au cœur du territoire qui était peuplé par les tribus thraces. Leur arrivée dans la peninsule balcanique est difficile à déterminer en raison de l'absence de traces écrites ; certains spécialistes, au fur et à mesure des nouvelles découvertes archéologiques pensent qu'elle pourrait se situer vers le septième millénaire avant Jésus Christ.

Peuple d'orfèvres, les Thraces ont produit l'or le plus ancien du monde. Ils maitrisaient le traitement de toutes sortes de métaux et le travail en filigrane.

Objets en or
12,425 kilos d'or pur.
Du deuxième millénaire av.J.-C.

Du temps des Thraces les lieux géographiques des terres bulgares portaient les noms ci-après.

Fouilles archéologiques en Bulgarie

Argent doré
Vases d'argent avec dorure

En 1992 près de Kazanlak furent découverts des sceptres de prêtres en os, des bagues et colliers en or dans un endroit qui a été nommé la vallée des rois. Plus de 250 découvertes on été faites en 2004. Parmi elles a été mise à jour la sépulture d'un dignitaire thrace en or massif et une chevalière. Récemment, dans un tombeau ont été trouvés un masque funéraire en or 24 carats, d'un poids supérieur à 600 grammes qui, d'après l'archéologue bulgare Gueorgui Kitov aurait appartenu à Teres, roi des Thraces (il semble qu'il aurait vécu jusqu'à l'âge de 92 ans !), ainsi qu' une tête d'homme en bronze.

Comme à Seutopolis, capitale du royaume des Odryses, près du village de Shipka, mais également sur tout le territoire de trésors de Bulgarie :

Borovo (à 70 km de Plovdiv), Dubene, Galinitza, Guliche, Hotnitsa près de Veliko Turnovo, Kralevo (près de Targovichte), Letnitsa (région de Lovetch), Moguilan, Panagyurishte/ Panagurichté (région de Pazardjik), Preslav, Reselec (région de Vratza), Rogozen (région de Vratsa), Sveshtari, Valchitran/Vulchitran, Varna.

Vase à boire en forme de cheval

Ci-dessus un rhyton (vase à boire) en argent avec dorures du trésor de Borovo.

Les tombeaux de Kazanlak et de Sveshtari sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial protégé par l'UNESCO.

Le peuple thrace

Les tribus des Thraces étaient nombreuses et leur peuple le plus important après les Indiens selon les historiens grecs.

Au centre étaient les Odryses (royaume du cinquième siècle avant Jésus Christ fondé par Teres), à l'ouest les Besses et les Maedois, au sud les Satres, les Derses, les Kikones/Cicones et les Apsinthes, à l'est et le long de la mer Noire (Pont-Euxin) les Astés, les Thynes, Nypsaioi mais egalement les Skirmiones, les Saletes, et les Krobizes/Crobyses. Au nord les Gètes, les Udicenzes, et au nord-est les Moesiens, et les belliqueux Triballes. A l'emplacement de l'actuelle capitale Sofia les Serdes, au sud-ouest les Moedes et les Agriones. Au delà du Danube, en Roumanie actuelle, étaient les Daces adversaires coriaces soumis par l'empereur romain Trajan et dont la défaite est immortalisée à Rome sur la colonne de Trajan érigée en l'an 114 après Jésus Christ.

Ils avaient leur propre langue, mais qui reste un mystère pour l'instant. L'écriture grecque étaient utilisée par eux. Guerriers redoutables ils cultivaient la terre et possédaient des troupeaux de bétails. Ils étaient aussi de bons artisans et orfèvres et maîtrisaient la sidérurgie. Il avaient une aristocratie, mais ne pratiquaient pas l'esclavage à l'instar des grecs anciens. Parmi les objets que l'on retrouve il y a des pièces de harnachement et des pectoraux utilisées de leur vivant et qui les accompagnaient dans l'au-delà comme en témoignent les riches tumuli mis à jour tumuli (tumuli est le pluriel de tumulus : monument funéraire en forme de cône.)

Hérodote au 5 siècle avant Jésus Christ mentionne le roi des Gètes - Zelmoxis - qui initia les adeptes à l'immortalité de l'esprit. Mais la première source de renseignement sur les Thraces, dont une partie s'était installée en Asie mineure, est Homère par ses œuvres Iliade et Odyssée qui écrit qu'ils ont participé à coté des Troyens dans leur guerre contre les Achéens.

Voici des extraits :

Peiroos, commandant des Thraces de Hellespont. Pyrèchme qui conduit les Péoniens aux arcs recourbés qui venaient de la vallée de l'Axios (Vardar). Rhésus qui défile sur son char décoré.

Il mentionne aussi les Kikones et deux de leurs commandants Euphème et Mentès. Leur tribu habitait la vallée de Nestos (Mesta).

Un autre personnage populaire de la littérature est Diomède le roi des Thraces Bistones, habitants le cours inférieur du fleuve Nestos. Il avait des chevaux cannibales. Il fût tué par Héraclès qui accomplissait son huitième exploit à la demande d'Euristée.

Le roi Lycurgue qui gouvernait les Edones du fleuve Strymon (Strouma) est entré aussi dans la légende. Il a injurié et chassé Dionysos et capturé ses bacchantes et ses satyres. Dieu le frappa de folie et il tua son fils. Charops fut récompensé par Dionysos pour son aide contre le roi fou et reçu en récompense son royaume. Le dieu l'initia aux rites secrets et aux mystères. Charops donna jour à Oenagre (Œagre), qui épousa Calliope et de leur amour naquit Orphée. Il sera le représentant des croyances thraces et donna le nom à leur religion.

Orphée

L'orphisme conçoit dieu sous deux aspects : terrestre ou des ténèbres et solaire, qui sont représentés par Dionysos et Hélios/Apollon. Selon cette religion le dieu meurt démembré pour renaître et marquer le commencement de tous les cycles célestes, terrestres et lunaires de la mort et de la résurrection. D'après la légende, les bacchantes attaquèrent Orphée et le découpèrent en morceaux, jalouses du fait qu'il n'aimait que Eurydice.

A Starosel (près de Plovdiv) et Lovetch ont été retrouvés des corps entérrés coupés en morceaux datant du 6e siècle avant Jésus Christ. Ce culte semble s'être répandu également en Macédoine et en Grèce.

La mise à mort d'Orphée entame le cycle suivant. La nouvelle naissance le transforme en demi-dieu ayant obtenu l'immortalité. La connaissance c'est l'immortalité, et Orphée devient le maître de celle-ci en déclamant des mots sacrés et en chantant sa musique.

La religion des Thraces a deux niveaux : l'un populaire fondé sur l'enthousiasme mystérieux, le dieu est introduit dans le croyant par la possession. Le second était pratiqué par l'aristocratie, qui s'estimait élue par l'extase s'élever vers la Divinité de la grande déesse-mére Cybèle. La possession divine les purifiera, espèrent les enthousiastes. Par contre les autres sont sûrs d'obtenir l'immortalité spirituelle en leur qualité d'élus et d'initiés.

Les ouvrages d'Orphée ont disparu, néanmoins voici une partie des titres :

Argonautica (grande œuvre hermétique), Demetriada (poème dédié à la mère des Dieux), une théologie Le Voile ou le Filet des âmes (art des mystères et rites), Mutations (chimie, alchimie), Les Corybantes (mystères terrestres, tremblements de terre), Anemoscopie (science de l'atmosphère, botanique naturelle et magique), 88 hymnes aux mystères, Litika, Cosmogonie, Téogonie, Les chansons sacrées de Bacchus, Les paroles sacrées, Initiations, Art et secrets des cultes, Botanique magique, etc.

L'orphisme décline après la transformation de la région en province romaine et l'établissement de la religion chrétienne en religion d'état par l'empereur Constantin de Naissus (Nis) en l'an 313.

Deux autres enfants des Thraces sont à mentionner. Le premier est l'empereur romain Maximinus Thrax, simple paysan avec une force incroyable arrivé au pouvoir en l'an 235. Le second est Spartacus qui a osé s'affranchir de l'esclavage et a fait trembler les fondements de l'empire romain (74 et 71 avant Jésus Christ).

Youriy Vodenitcharov
et merci à Dimitrina Aslanian.

Informations complémentaires

La revue l'Archéologue a publié un article dans le numéro 86 d'octobre-novembre 2006.

Le magazine National geographic de décembre 2006 a également publié un article sur l'Or des Thraces La ruée vers l'or.

En 2009 la chaîne de télévision ARTE France a diffusé un documentaire de Zlatina Rousseva, Seuthès l'Immortel, les secrets d'un roi thrace, rediffusé en 2012.

En collaboration avec plusieurs musées de Bulgarie, le musée Jacquemart-André à Paris a présenté fin 2006 une riche sélection de quatre des trésors thraces les plus connus : Rogozen, Borovo, Letnitsa et Panagjurishte, ainsi que des objets provenant de fouilles récentes.

En juin 2011 de nombreux objets datant de 2600 ans, des pièces de monnaie, des aigles en bronze et autres, issus de fouilles archéologiques illégales en Bulgarie et objets d'un trafic vers un importateur situé au Canada ont été restitués à la Bulgarie suite à une enquête menée par la Gendarmerie royale du Canada. Ce trésor archéologique, d'une valeur d'un million de dollars a été remis au ministre bulgare de la Culture, Vezhdi Rashidov, lors d'une cérémonie au musée canadien des Civilisations, à Gatineau (Québec), à laquelle assistait la directrice générale de l'Unesco, madame Irina Bokova.

Le musée du Louvre de Paris a mis en lumière les trésors thraces par l'exposition L'épopée des rois thraces du 15 avril au 26 juillet 2015.

Bibliographie

Dix perles de la couronne de Bulgarie de Nikolaï Ovtcharov - ISBN 954-9308-72-03, La Thrace antique de Valeria Fol, ouvrages de Bojidar Dimitrov, directeur du musée national d'histoire de Sofia.

Mis à jour