Noël traditionnel en Bulgarie

Veille de Noël
Tradition
dans un village.

Dans son existence séculaire, le peuple bulgare a créé d'une manière harmonieuse un système de fêtes populaires. Il est composé de quatre grands cycles selon le calendrier agricole et le changement des saisons. Koleda est la plus grande des fêtes de l'hiver, appelée aussi kolada, grande koleda, bozhik, bozhitch selon les régions. Koleda puise son origine du mot latin calendae, ce qui signifiait chez les Romains le premier jour du mois, qui est lié avec la nouvelle lune. Le mot koleda est connu dans toutes les langues slaves : russe, biélorusse, ukraïnien, polonais, tchèque, slovaque, serbe, croate. La Bulgarie célèbre Noël le 25 décembre d'après le calendrier grégorien, alors que d'autres pays slaves tels que la Macédoine, Monténégro, Serbie, Russie et autres suivent le calendrier julien à la date du 07 janvier.

Koledni vetcheri sont les trois soirées de veillées de la fin de l'année :
Budni vetcher (réveillon de Noël), Nova Godina (le jour de l'an) et Yordanovden (le jour de Yordan).

Il est à noter que, pour les Bulgares, fêter Noël est moins important que la fête de Pâques.

Les traditions varient de région à région et nous présentons ci-après un résumé.

Certains Bulgares orthodoxes préfèrent rester fidèles à la date du calendrier Julien, c'est-à-dire le 6 janvier, le calendrier Grégorien actuel ayant été adopté par la Bulgarie en 1917.

Le carême débute le 15 novembre, le poisson est autorisé les jours suivant :

Boudni vetcher - Бъдни вечер

La première soirée est boudni vetcher jusqu'au minuit de Noël.

L'homme le plus âgé (ou la femme la plus âgée), passe avec l'encens (tamyan) dans toutes les pièces de la maison et dans les bâtiments annexes. Cela a un but préventif et de purification. Le feu est fait avec des bûches de poirier, de chêne ou de hêtre.

Le repas est frugal, végétarien, sans aucune graisse animale, parce que c'est le dernier jour du carême et pris en famille de bonne heure le 24 décembre pour que les moissons soient précoces.

Sept, neuf ou douze plats sont servis.

Table pour budni vetcher
Quelques plats et fruits
pour la soirée de Noël.

Parmi les plats on propose les haricots (bob), les sarmi (feuilles de choux farcies de riz et d'oignons), des feuilles de vigne farcies, des poivrons farcis (palneni tchouchki), du blé cuit. Puis une compote de pruneaux secs.

On prépare également une пита (pita - genre de fougasse) dans laquelle on insère une pièce de monnaie (питка с късметt) (pitka sus kusmet) qui apportera le bonheur à la personne qui la trouvera.

Plusieurs versions existent concernant la pita, dans laquelle on peut mettre des brins de sapins ou bien autant de petits papiers que le nombre de participants sur lesquels on écrit un petit message de voeux de bonheur et bonne santé.

Koleda

A minuit commence koleda. Le matin avant Noël (malka koleda) on prépare plusieurs pains. Le pain le plus important est celui consacré à la fête appelée bogova pita (bogovitza, kolashki kolak, budnyak, svetetz etc...selon la région). Il est rond avec les formes en pâte de prédominance solaires (croix, rosaces, cercles, etc.) il y a aussi des fleurs et des oiseaux. Dans certaines régions de la Bulgarie de l'ouest, Tryavna, Région de Plovdiv et Makedoniya on y insère une pièce en argent.

Les petits fêtards de Noël (malkite koledari), en groupes de trois-quatre enfants entre 8 et 12 ans, bien habillés, munis d'un petit bâton et d'un petit sac sur l'épaule, le 24 décembre matin passent de maison en maison (ils ne chantent pas et ne récitent pas) et des kravaïtcheta leurs sont offerts (petits pains préparés avec des noix et des fruits secs). En Bulgarie de l'ouest les kravaï ont la forme d'un fer à cheval.

Pour les fêtards de Noël, appelés Koledari, les jeunes filles préparent les pains speciaux tressés ou avec un trou. Elles confectionnent un kravaï (pain) pour leur koledar favori avec des décorations complementaires de noix, pruneaux secs, zdravetz (feuille de geranium), etc.

Les koledari sont des hommes : célibataires, des jeunes ou jeunes mariés. Après s'être réunis une dizaine de jours avant pour étudier les chants traditionnels et choisir leur meneur (stanenik, tchetnik, marmaren, koudabashiya, koledarski tzar), ils vont dans les maisons de minuit au petit matin dans des habits de fête avec un bouquet (kitka) sur leur chapeau (kalpak). Ils chantent des chansons rituelles de bonheur et de santé. La première chanson est pour le propriétaire de la maison :

Станенине, господине, тебе пеем, домакине! Добри сме ти гости дошли, добри гости - коледари.

Lève-toi maintenant, cher monsieur. C'est pour toi que nous chantons, maître de maison. Nous sommes venus te rendre visite, une visite pour Noël.

De leur côté, les propriétaires offrent du pain spécialement préparé pour eux (vit kravaï - koledarski kravaj), un peu d'argent, de la viande, du lard, des haricots, de la farine, du vin, etc.). Avant de quitter la maison, le chef du groupe prononce la bénediction (blajenka). C'est une déclamation traditionnelle très longue, avec beaucoup d'humour, au rythme très rapide.

Elle se termine toujours avec un vœu : Колко звезди по небето, толкоз здраве в тази къща! (Avoir autant de bonheur dans cette maison qu'il y a d'étoiles dans le ciel).

Le surplus des cadeaux est revendu et offert aux pauvres, à l'église ou à la bibliothèque municipale (tchitalishte).

Le 25 décembre le repas est plus riche, les plats sont à base de porc ou de dinde.

Beaucoup de traditions, coutumes et rites ont supporté des changement radicaux et perdu leurs significations. Avec le progrès scientifique et technique le contenu de certaines coutumes adopte une nouvelle orientation liée à la vie moderne.

La formule la plus utilisée pour souhaiter bon Noël en bulgare est :

ВЕСЕЛА КОЛЕДА Vessela koleda ou

ЧЕСТИТА КОЛЕДА Tchestita koleda.

Ces phrases s'utilisent la veille de Noël.

Le jour de Noël, pour la naissance du Christ, au lieu de dire bonjour, on dit :

ЧЕСТИТО РОЖДЕСТВО ХРИСТОВО Tchestito rozhdestvo Hristovo.

Nous avons écrit en majuscules pour faciliter la lecture à ceux qui ne maîtrisent pas très bien les caractères cyrilliques.

Page réalisée par Youriy Vodenitcharov et Violeta Vitanova d'Amicourt, le 19/12/2003, toujours d'actualité en 2017.

Bibliographie

  1. Dimitar Marinov - t.I et II, Sofia 1984 ;
  2. Kristo Vakarelski - Ethnologie bulgare, Sofia, 1977 ;
  3. Rites et folklore - Institut de folklore, éd. Académie des sciences, Sofia, 1981 ;
  4. Tzvetana Romanska - Les peuples slaves, Sofia, 1977 ;
  5. Lilia Radeva, Ani Kirilova - La table festin bulgare. Coutume et plats traditionnels bulgares, Sofia, 1991.
  6. Bulgarski traditzionen kalendar - Bulgarska Akademiya na naukite, Plovdiv 2002.
houx
Publié le | Mis à jour