Bulgarie dans l'UE

Les sujets de société, les faits divers. Ouvrez le débat sur l'actualité bulgare.
Répondre
VUK HERCEGOVAC
Insatiable
Insatiable
Messages : 2578
Enregistré le : vendredi 13 février 2004 21:28

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par VUK HERCEGOVAC » samedi 06 décembre 2014 18:43

Dernier message de la page précédente :

Il semble que l'arrêt du "Ruisseau du sud" pose des problèmes pas seulement qu'à la Bulgarie,..en Italie aussi.

South Stream bloqué, la « claque » des États-Unis à l’Union européenne
par Manlio Dinucci

Contrairement à l’idée répandue dans les médias européens, montre Manlio Dinucci, le renoncement à la construction du gazoduc South Stream n’est pas simplement un coup dur pour la Russie qui y perd 4,5 milliards de dollars, mais surtout pour les membres de l’Union européenne. Ceux-ci perdent de gigantesques contrats de construction, les royalties qu’aurait occasionnées le passage du gazoduc sur leur territoire, et le développement économique facilité par une énergie bon marché. Il s’agit sans aucun doute de la pire catastrophe économique que l’UE ait jamais connue.

« La Russie pour le moment est obligée de se retirer du projet South Stream, à cause du manque de volonté de l’Union européenne de le soutenir et du fait qu’elle n’a toujours pas reçu l’autorisation de la Bulgarie de faire passer le gazoduc sur son propre territoire » : voilà comment le président russe Vladimir Poutine a annoncé l’arrêt du projet South Stream, le gazoduc qui aurait dû amener le gaz russe dans l’Union européenne à travers un corridor énergétique méridional, sans passer par l’Ukraine. De cette façon, écrit l’agence Ansa, Moscou « donne une claque à l’Europe ». En réalité c’est Washington qui donne une autre forte claque à l’Europe, en bloquant un projet de 16 milliards d’euros qui aurait pu être de grande importance économique pour les États de l’UE, en commençant par l’Italie où aurait dû être construit le terminal du gazoduc.
Pour comprendre ce qui s’est passé, il faut reprendre l’histoire du South Stream. Le projet naît de l’accord de partenariat stratégique, stipulé par la compagnie publique russe Gazprom et par l’italienne Eni en novembre 2006, pendant le gouvernement Prodi II. En juin 2007 le ministre pour le développement économique, Pierluigi Bersani, signe avec le ministre russe de l’industrie et de l’énergie le mémorandum d’entente pour la réalisation du South Stream. Le projet prévoit que le gazoduc sera composé d’un tronçon sous-marin de 930 km à travers la Mer Noire (en eaux territoriales russes, bulgares et turques) et par un tronçon sur terre à travers la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie, la Slovénie et l’Italie jusqu’à Tarvisio (Province d’Udine). En 2012 entrent aussi dans la société par actions qui finance la réalisation du tronçon sous-marin la société allemande Wintershall et la française EDF à hauteur de 15 % chacune, alors qu’Eni (qui a cédé 30 %) détient 20 % et Gazprom 50 % des actions. La construction du gazoduc commence en décembre 2012, avec l’objectif de lancer la fourniture de gaz pour 2015. En mars 2014, Saipem (Eni) s’adjudique un contrat de 2 milliards d’euros pour la construction de la première ligne du gazoduc sous-marin.

Entre temps, cependant, éclate la crise ukrainienne et les États-Unis font pression sur les alliés européens pour qu’ils réduisent les importations de gaz et de pétrole russes. Premier objectif états-unien : empêcher la réalisation du South Stream. À cet effet Washington exerce une pression croissante sur le gouvernement bulgare pour qu’il bloque les travaux du gazoduc. D’abord il le critique pour avoir confié la construction du tronçon bulgare du gazoduc à un consortium dont fait partie la société russe Stroytransgaz, sujette à des sanctions états-uniennes. Puis l’ambassadrice US à Sofia, Marcie Ries, avertit les hommes d’affaires bulgares d’éviter de travailler avec des sociétés sujettes à des sanctions de la part des USA. Un grand coup de main est donné à Washington par le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, qui annonce l’ouverture d’une procédure de l’Union contre la Bulgarie pour de présumées irrégularités dans les appels d’offre du South Stream. Le moment décisif est celui où, en juin dernier, arrive à Sofia le sénateur états-unien John McCain, qui rencontre le premier ministre bulgare Plamen Oresharski en lui transmettant les ordres de Washington. Immédiatement après Oresharski annonce le blocus des travaux du South Stream, dans lequel Gazprom a déjà investi 4,5 milliards de dollars.
En même temps la compagnie états-unienne Chevron commence les perforations en Pologne, en Roumanie et en Ukraine pour extraire les gaz de schiste bitumineux, par la technique de fracturation hydraulique : on injecte dans les strates rocheuses profondes des jets d’eau et de solvants chimiques à haute pression. Cette technique est extrêmement dangereuse pour l’environnement et la santé, à cause surtout de la pollution des nappes phréatiques. Le projet de Washington de remplacer le gaz naturel russe, importé par l’UE, par celui extrait des schistes bitumineux en Europe et aux États-Unis, est un véritable bluff, à la fois par ses coûts élevés et par les dommages environnementaux et sanitaires de cette technique d’extraction. Et, en effet, en Pologne et en Roumanie plusieurs communautés locales se rebellent.
À la suite du blocus de South Stream, a annoncé Poutine, la Russie est obligée de « réorienter ses fournitures de gaz ». Celles destinées à la Turquie vont augmenter, à travers le gazoduc Blue Stream. Et vont augmenter surtout celles vers la Chine. Gazprom lui fournira, d’ici 2018, 38 milliards de mètres cubes de gaz par an, c’est-à-dire environ un quart de celui qu’elle fournit aujourd’hui à l’Europe. Se servant aussi d’investissements chinois prévus pour 20 milliards de dollars, Moscou projette de potentialiser l’oléoduc entre la Sibérie orientale et le Pacifique, en l’accompagnant d’un gazoduc de 4000 km pour approvisionner la Chine. Pékin est aussi intéressé pour des investissements en Crimée, notamment pour la production et l’exportation de gaz naturel liquéfié.

Les perdants sont les États de l’UE : la Bulgarie, par exemple, devra renoncer à des droits de transit de l’ordre de 500 millions de dollars annuels. En Italie, à peine annoncée l’arrêt du projet South Stream, l’action Saipem en bourse a subi, à la suite des ventes, une chute continue, descendant au niveau le plus bas des six dernières années. Avec le blocus de South Stream, Saipem perd, outre le contrat pour la construction de la première ligne du gazoduc sous-marin, un autre contrat pour les travaux de support de la seconde ligne, pour une valeur totale de 2,4 milliards d’euros, auxquels se seraient ajoutés d’autres contrats si le projet avait été poursuivi.
On prévoit de lourdes répercussions sur l’emploi. À la suite de l’effacement du projet South Stream seront annulées ou re-dimensionnées les nouvelles embauches que Saipem prévoyait pour augmenter ses propres effectifs en Italie. On n’exclut pas non plus une coupe dans les effectifs actuels. L’effacement du projet South Stream assène donc un coup dur non seulement à Saipem mais à d’autres secteurs de l’industrie et des services, au moment critique où chute la production et, en conséquence, l’emploi. Il suffit de penser que le terminal de Tarvisio, prévu dans le projet originaire, aurait pu être le hub de distribution du gaz russe et donc source de fortes recettes et d’augmentation de l’embauche.
Tout cela est à présent devenu vain. Tandis que tirent avantage de cet arrêt du South Stream les compagnies états-uniennes comme Chevron, engagées à remplacer le gaz russe fourni à l’UE.

Il ne reste qu’à remercier « l’ami américain ».

Manlio Dinucci
Traduit de l'italien par Marie-Ange Patrizio

Source : voltairenet.org
  Certes la Bulgarie sera la grande perdante dans cette partie de poker menteur.L'Italie et la Hongrie y laisserons des plumes et au bout de la chaine,même l'U.E y perdra.Les USA jouent à jeu dont ils ne maîtrisent même toutes les ficelles,leur splendeur perd de son lustre.La chute des prix du pétrole en est l'un des aspect.L'Arabie Wahhabite ne veut ni du gaz ni du pétrole de schiste.La chute des cours rend les coûts d'exploitation "exorbitants". Certes La Russie,de prime à bord,peut paraître la grande perdante,mais ce n'est qu'apparence,elle détient la matière première convoitée par de nombreuses économies,et si l'U.E n veut pas "dépendre" de la Russie,elle dépendra de l'Amérique,c'est choisir entre 2 servitudes.Le nouveau calife Erdogan, bien que membre de l'OTAN,semble faire preuve de quelques velléités d'indépendance et le gaz russe semble l'intéresser,tout comme 2 centrales atomiques.L'U.E,qui ne voulait pas dépendre de la Russie,devrait dépendre de la Turquie pour avoir du gaz russe,car le couloir ukrainien risque ,à terme,de se tarir.La Bulgarie,qui n'a jamais eu vraiment à se plaindre de la Russie,n'aura plus que ses yeux pour pleurer une manne qui lui passera sous le nez.Jamais l'Amérique pourra satisfaire toutes les demandes,il y aura beaucoup de perdants dans cette foire d'empoigne.La Bulgarie aura de fortes chances d'en être.  
----------
Ceux qui vous foutent dans la merde, ne le font pas toujours pour votre malheur. Ceux qui vous en sortent, ne le font pas toujours pour votre bonheur


Avatar du membre
Françoise
Administratrice
Administratrice
Messages : 10885
Enregistré le : mardi 01 avril 2003 17:03
Zodiaque : Poissons

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par Françoise » samedi 06 décembre 2014 18:52

La France, avec diplomatie va tout arranger : les problèmes en Ukraine (quels problèmes ?), la route du gaz et tout et tout.
Chef-au-pays-des-Kazakhs.jpg

VUK HERCEGOVAC
Insatiable
Insatiable
Messages : 2578
Enregistré le : vendredi 13 février 2004 21:28

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par VUK HERCEGOVAC » samedi 06 décembre 2014 19:17

Françoise » 06 déc 2014 a écrit :La France, avec diplomatie va tout arranger : les problèmes en Ukraine (quels problèmes ?), la route du gaz et tout et tout...
La France est vraiment habillé l'hiver,des fois que le gaz russe vienne à manquer :fr: :fr:
Pendant que la Bulgarie pleure,d'autres trouvent de quoi s'arranger :

Давутоглу и Самарас обсъдиха енергийни проекти
Автор: Катя Пеева - кор. на БНР в Солун.
samaras-davutoglu.jpg
Андонис Самарас и Ахмед Давутоглу
samaras-davutoglu.jpg (12.09 Kio) Vu 2110 fois
Гърция има за цел да засили сътрудничеството си с Турция, за да се укрепи сигурността в региона, заяви гръцкият премиер Андонис Самарас след проведеното в Атина трето заседание на Висшия съвет за сътрудничество между Гърция и Турция. В срещата участва и турска правителствена делегация начело с премиера Ахмет Давутоглу.
Енергийните проекти и увеличаването на търговския обмен между Гърция и Турция са в основата на разговорите на премиерите на двете страни при посещението на турския премиер Ахмед Давутоглу в Гърция. Атина предупреди Анкара, че не приема претенциите за съвместно проучване и експлоатация на газовите находища до Кипър и призова за решение на Кипърския въпрос.
Изграждането на Трансадриатическия газопровод и създаването на Южен енергиен коридор са основните теми на преговори между премиерите на Гърция и Турция. И двете страни са напълно единодушни,че съвместните енергийни проекти променят изцяло стратегическата позиция на Атина и Анкара.Вицепремиерът Евангелос Венизелос подчерта, че след последните събития около „Южен поток”,енергийната връзка между двете страни добива нови измерения.Обсъжда се също изход от нарасналото напрежение между двете страни във връзка с претенциите на Турция за съвместно проучване и експлоатиране на газовите находища на юг от Кипър,което прекъсна преговорите между Никозия и Анкара. Засега има само изявления на турската страна, че „решение ще се намери”, но няма индикации, че Турция се отказва от искането си за права върху газовите находища до Кипър.Законите на международното право трябва да са основа на отношенията ни, подчерта президентът Каролос Папуляс пред турския премиер, с което показа,че Атина не приема искането на Анкара за права върху газовите находища в близост до Кипър.

Iztočnik: bnr.bg

Pendant ce temps, à Athènes, les grands vezirs grec Andonis Samaras et turc Ahmed Davutoglu se congratulent et causent en autre "énergie" et très probablement de gaz avec un "projet turco-russe "ruisseau bleu" en gestation.
----------
Quand on élit un âne maire, on apprend à braire

Avatar du membre
Chantal
GM
GM
Messages : 3537
Enregistré le : mardi 24 octobre 2006 22:06
Zodiaque : Balance

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par Chantal » dimanche 07 décembre 2014 9:28

Françoise » 06 déc 2014 a écrit :La France, avec diplomatie va tout arranger : les problèmes en Ukraine (quels problèmes ?), la route du gaz et tout et tout.
Chef-au-pays-des-Kazakhs.jpg
Avec cette tenue on peut dire que que notre président est "habille. Pour l'hiver" !!! :fr:

Avatar du membre
youpirin
passionné
passionné
Messages : 332
Enregistré le : mardi 04 novembre 2003 18:05
Zodiaque : Cancer

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par youpirin » lundi 08 décembre 2014 10:07

Notre Président habillé pour l'hiver. Chapeau(kazakh) l'artiste :fr:
A bientôt

Avatar du membre
youpirin
passionné
passionné
Messages : 332
Enregistré le : mardi 04 novembre 2003 18:05
Zodiaque : Cancer

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par youpirin » lundi 08 décembre 2014 10:45

La Bulgarie, avec une russophobie primaire orchestrée par nos amis des Etats Unis( on se rappelle l'arrivée du primate russophobe Mckay qui a ordonné l'arrêt du projet South Stream) a tout perdu, et les jours difficiles l'attendent.

Comme la Pologne, dans son élan russophobe, qui a refusé des projets avec le gaz de Russie ,paie aujourd'hui 550 USD le gaz alors que l'Allemagne paie 370 USD les 1000 mètres cube. La Bulgarie avait (c'est fini tout va être renégocier) un tarif préférentiel de 360 UDS, moins chère que l'Allemagne!!
Mais nos hommes politiques bulgares dans leur asservissement aux diktats de Etats Unis et de Bruxelles pensaient que la Russie aussi va renoncer à son indépendance, à son honneur et à ses intérêts économiques.

Le Président russe c'est adressé aux bulgares: La Bulgarie est contraint d'abandonner son indépendances et ses intérêts économiques, mais au moins qu'elle réclamer à Bruxelles 400 millions d'euros de pertes uniquement pour cette année!
On a vu le Premier ministre bulgare Borissov abasourdi courir à Bruxelles dans les bras de Juncker, qui n'a rien donné et rien promis sauf des phrases vagues et stériles genre:,, La Bulgarie c'est une grande nation, il faut diversifier les approvisionnements et bla bla et bla bla...
Le Président de Gazprom était plus précis: La Bulgarie à perdu 3 milliards d'euros d'investissements directs de suite, 6000 emplois et des taxes et des commissions pendant des année sur le transite. l'Ukraine bientôt (au plus tard 2015) aura transit réduit 0 pour le gaz russe.

On est arrivée au point que la presse turque se gausse des bulgares( Hurriyet): Le colonisateur (Turquie) et le libérateur( La Russie) ont exprimé leur ras le bol des bulgares et de leurs tergiversons!!!
C'est triste pour la Bulgarie et les bulgares chepa
A bientôt

VUK HERCEGOVAC
Insatiable
Insatiable
Messages : 2578
Enregistré le : vendredi 13 février 2004 21:28

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par VUK HERCEGOVAC » lundi 08 décembre 2014 19:44

Москва няма да участва в срещата за Южен поток в Брюксел

Русия няма да участва е утрешната среща в Бюксел, посветена на ситуацията около "Южен поток". Това съобщи пред медии руският министър на енергетиката Александър Новак, цитиран от ТАСС. В края на миналата седмица беше съобщено, че заместник-председателят на Европейската комисия и еврокомисар за енергийните въпроси Марош Шефчович е насрочил за 9-и декември неформална среща в Брюксел на министрите на енергетиката на България, Унгария, Словения, Австрия, Хърватия, Италия, Гърция и Румъния, на която да бъде обсъдена ситуацията около отказа на Русия от проекта "Южен поток".

La Russie ne participera pas à la réunion organisée par la Commission sur le projet "Ruisseau du Sud".

Izvornik: bnr.bg
  Il semble que la Commission commence à prendre la mesure de l'onde choc provoquée par le renoncement russe au projet "Ruisseau du Sud".Une réunion des ministres de l'énergie des pays concernés par ce projet se tiendra demain à Bruxelles,la Russie,invitée,s'en tamponne,elle pense plutôt à concrétiser ses nouveaux projets avec la Turquie,elle aussi,ostracisée par la très civilisée et très chrétienne Europe depuis près de 60 ans...En Croatie aussi,les américains ont foutu la merde en empêchant le groupe pétrolier national INA de conclure un accord de coopération avec une compagnie russe  
----------
Ceux qui vous foutent dans la merde, ne le font pas toujours pour votre malheur. Ceux qui vous en sortent, ne le font pas toujours pour votre bonheur

Avatar du membre
Françoise
Administratrice
Administratrice
Messages : 10885
Enregistré le : mardi 01 avril 2003 17:03
Zodiaque : Poissons

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par Françoise » lundi 15 décembre 2014 19:36

Le dialogue (dialogue ?) n'est pas terminé. C'est Angela Merkel qui l'a affirmé à Boyko Borissov. En ajoutant que l'Allemagne a une bonne expérience de (avec) la Russie.
Borissov est plein d'espoir et a dit qu'il est confiant en l'UE, par laquelle tout va être mis au clair...
Source Sofiaglobe

VUK HERCEGOVAC
Insatiable
Insatiable
Messages : 2578
Enregistré le : vendredi 13 février 2004 21:28

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par VUK HERCEGOVAC » lundi 15 décembre 2014 21:35

Françoise » 15 déc 2014 a écrit :...l'Allemagne a une bonne expérience de (avec) la Russie.
Borissov est plein d'espoir et a dit qu'il est confiant en l'UE, par laquelle tout va être mis au clair...Source Sofiaglobe
Une bonne expérience,..tout dépend sous quel angle on juge cette expérience. Quant au dialogue,si par un pur et heureux hasard il reprend,ce sera aux conditions russes,qui ne seront plus aussi "calinantes" à l'égard de la Bulgarie. La Russie s'étant trouvée d'autres horizons moins tatillons et qui ne sont pas totalement à la botte américaine:Turquie,Chine,Inde,....Et puis l'Allemagne n'est pas à l'abri de déboires,la situation sociale n'y est guère reluisante.Bojko Metodiev,aux yeux de dirigeants occidentaux très chrétiens et très civilisés,n'est qu'un vulgaire péquenot balkanique qui se berce d'illusions, un clone lobotomisé de Baï Ganio ....(Baï Ganio avait au moins de l'humour).
merkel-borissov.jpg
Sourires béats tout emprunts de crétinisme
merkel-borissov.jpg (9.88 Kio) Vu 2110 fois
----------
Quand on élit un âne maire, on apprend à braire

Avatar du membre
Françoise
Administratrice
Administratrice
Messages : 10885
Enregistré le : mardi 01 avril 2003 17:03
Zodiaque : Poissons

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par Françoise » mercredi 17 décembre 2014 17:34

Boïko et Angela sont convenus de l'envoi de conseillers allemands pour le gouvernement bulgare...
Mais à eux seuls, les bons conseils n'aideront guère la Bulgarie, critique le quotidien Sega : "Lorsque le versement de fonds européens avait été suspendu en 2008 en raison de la corruption et du népotisme, la Première ministre de l'époque [Meglena] Plougtchieva s'était adressée à Berlin pour lui demander conseil. … Lesdits conseillers firent leur tournée dans les ministères, expliquèrent qu'il ne fallait pas se servir si démesurément et encaissèrent leurs honoraires, nettement supérieurs aux émoluments de nos ministres, avant de s'en retourner chez eux. Tout le monde était content sauf la Commission européenne, qui, dans un de ses rapports sur l'état d'avancement de la Bulgarie, avait rappelé que les conseils n'étaient pas un but en soi, mais devaient être mis en application.
Source Eurotopics
en provenance d'un article paru dans sega.bg

VUK HERCEGOVAC
Insatiable
Insatiable
Messages : 2578
Enregistré le : vendredi 13 février 2004 21:28

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par VUK HERCEGOVAC » vendredi 19 décembre 2014 22:24

Vladimir Vladimirovitch Poutine a rayé la Bulgarie de la carte du gaz
Par Vladimir Sabev

La conférence de presse à grand retentissement de Vladimir Vladimirovitch Poutine a fait la lumière sur bien des points de la politique russe et de la situation dans la confédération. En premier lieu, qu’elle se sentait comme une forteresse assiégée de toute part par des forces ennemies, alors qu’en réalité la volonté de Moscou était, à l’instar de l’ours des contes de fées russes, de savourer en toute tranquillité les fraises des bois et le miel parfumé, sans que personne ne s’avise de porter atteinte à ses business intérêts. Les ennemis de toute évidence sont l’Occident et la Bulgarie. Le président russe n’a pas mentionné nommément notre pays, mais à l’évidence il ressort de ses propos que les rapports entre la Bulgarie et la Russie ont fait l’objet de sérieuses réflexions au plus haut niveau à Moscou.

Ceci s’est fait le plus clairement jour avec l’idée lancée par Vladimir Poutine qu’un tracé alternatif du projet de gazoduc South stream qui initialement devait passer sous la Mer Noire, entrer en territoire européen en débouchant sur le littoral de la Bulgarie. Sofia a posé la condition que le projet soit mis en conformité avec la législation européenne et qu’il soit économiquement rentable pour elle. Au final, Moscou et Gazprom n’ont pris en considération aucune des deux conditions posées par la Bulgarie.
Toutefois, Moscou éprouve un besoin urgent de monnaie forte qui viendra de la vente du gaz à l’Europe centrale et occidentale et les Russes ont trouvé la parade en prenant la décision de faire passer le gazoduc par la Turquie et de le faire aboutir en Grèce, d’où il sera réparti aux consommateurs des autres régions du continent. Hier on a compris de quelle manière, selon les Russes,le gaz russe pourrait atteindre le cœur de l’Europe – en transitant depuis la Grèce via la Macédoine, la Serbie et la Hongrie pour déboucher en Autriche. Il suffit de jeter un coup d’œil sur la carte de l’Europe pour voir combien plus long et par conséquent plus coûteux sera le nouveau projet et combien plus fort sera le prix que la Russie est prête à payer dans le seul but d’écarter la Bulgarie, qui offre le chemin le plus court et le prix le plus avantageux pour l’édification du gazoduc.
Il semble que l’ours russe est entré en colère et qu’au lieu de manger tranquillement ses fraises des bois, il a décidé, aux dires de Poutine de piétiner la petite Bulgarie. Laquelle, selon les dernières déclarations de son premier ministre Boyko Borissov, faites hier soir à Bruxelles, continue à s’en tenir au dossier gazier et envisage d’honorer les engagements pris au terme de l’accord South stream qu’elle a signé avec la Russie. Boyko Borissov est formel, en aucun cas la Bulgarie ne peut être obligée à endosser la responsabilité de l’abandon du projet South stream et il a assuré que le pays poursuivra ses préparatifs pour sa mise en œuvre. D’autant que, hier soir cette politique de Sofia a bénéficié de l’appui du Conseil européen, l’organe suprême de l’Union. C’est également une nouvelle preuve de la part des gouvernants bulgares et de l’UE d’une démarche bien intentionnée, de volonté de dialogue et de coopération mutuellement avantageuse avec Moscou dont le compromis n’est pas exclu.
Version française : Rumiana Markova

Boyko Borissov : La Bulgarie continue à respecter ses engagements envers South stream

La Bulgarie va délivrer tous les permis nécessaires pour la construction du gazoduc South stream et va continuer la préparation de la réalisation du projet, a annoncé Boyko Borissov. Il a ajouté que la Bulgarie a reçu le soutien du Conseil européen qui partage la position que le pays ne doit pas verser des pénalités à cause du « gel » du projet. Les leaders des 28 ont recommandé à la Bulgarie de respecter l’accord intergouvernemental pour South stream.
Vladimir Poutine a annoncé de son coté hier lors d’une conférence de presse que la Russie envisage à tenir à l’écart Sofia de tous les projets gaziers russes en Europe

Izvornik: bnr.bg
  Ironie de l'Histoire,la Commission,qui a tellement oeuvré pour parvenir à une telle situation,semble changer son fusil d'épaule et inciter la Bulgarie à faire preuve de compréhension.Notre Grand Vezir Bojko Metodiev,qui fut pourtant l'un des principaux signataires de l'accord Južni Potok,malgré l'avis contraire de son âme bâtée Simeon Denčev Djankov,veut tellement y croire à la réouverture des négociations.Mais le 2° tour risque de coûter beaucoup plus cher à la Bulgarie...Mais bon,à terme,je crois que les liens "inconscients" entre la très petite et très pieuse Bulgarie et la très grande et très sainte Russie retrouveront leur essence naturelle  
Message édité par l'administration :
le texte, issu d'un copier-collé n'a pas à être modifié. L'auteur a rédigé une information, sans le sarcasme du copieur-colleur :
Car Vladimir Vladimirovič (Ras)Putin et Grand Vezir Bojko Metodiev Borisov

VUK HERCEGOVAC
Insatiable
Insatiable
Messages : 2578
Enregistré le : vendredi 13 février 2004 21:28

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par VUK HERCEGOVAC » samedi 20 décembre 2014 9:38

VUK HERCEGOVAC » 19 déc 2014 a écrit :
  ...Mais bon,à terme,je crois que les liens "inconscients" entre la très petite et très pieuse Bulgarie et la très grande et très sainte Russie retrouveront leur essence naturelle  
Si la CE propose un hub gazier en Bulgarie, Moscou s'engage à étudier la question
temenushka-petkova.jpg
temenushka-petkova.jpg (11.52 Kio) Vu 2111 fois
Les ministres de l' Énergie de la Bulgarie et la Russie ont étudié dans une conversation téléphonique des aspects importants de la coopération bilatérale dans le secteur de l'énergie. Temenuzhka Petkova a assuré son homologue russe Alexandre Novak que pour la Bulgarie, le projet "South stream" est important pour diversifier les itinéraires d'acheminement du gaz et relancer l'économie nationale, tout en réitérant la position ferme de la Bulgarie, à savoir que le projet tienne compte des règles européennes. Alexandre Novak a assuré que si la Commission européenne fait une proposition officielle sur la mise en place d'une plateforme d'échange du gaz sur le territoire de la Bulgarie, Moscou prendra le temps de l'étudier. Le ministre russe de l' Énergie a aussi rappelé que la partie bulgare doit délivrer dans les délais raisonnables toutes les autorisations nécessaires pour la construction du tronçon maritime du gazoduc.

Source : bnr.bg
  La Commission,tant corrompue,va-t-elle finir par baisser la culotte.Un allongement de parcours accroit les coûts du transport....La Commission,si corrompue,va-t-elle finir par agréer l'accord monté par Bojko Metodiev puis par Plamen Vasilev avec "Gazprom",car même si la Russie se taille la part de l'ours,l'accord n'est pas si défavorable à la Bulgarie.La très petite et très pieuse Bulgarie reprendra-t-elle sa petite place dans le coeur de la très grande et très sainte Russie.Car c'est aussi,dans une moindre mesure,son intérêt.Et il n'y a pas de raisons que la Bulgarie et les bulgares ne profitent des "bienfaits" du commerce mondial.Nos dirigeants,même formés en au Couchant,doivent agir en fonction de nos intérêts bien compris et non ceux des gringos si lointains.Nos dirigeants doivent penser "balkanique" et voisinage immédiat et non à des rivages lointains et hypothétiques.Nos dirigeants doivent mesurer la profondeur de nos "relations" avec la Russie qui frisent l'inconscient et plongent jusqu'aux tréfonds de notre âme,ça doit être surement inscrit dans nos gènes.Il serait peut-être temps que nos dirigeants prennent conscience de leurs capacités et qu'ils agissent par eux-mêmes et pour eux-mêmes.Nos dirigeants doivent prendre conscience que Vasil LEVSKI et tant d'autres ont donné leurs vie pour un idéal qui exclut la servilité et la soumission.Même aux pires moments de l'Amitié pesante et indéfectible du grand frère soviétique,jamais les bulgares n'ont remis en cause leurs liens avec l"âme russe....Mon père,même après son "stage" à Belene,n'a jamais éprouvé la moindre animosité envers la Russie.  
----------
Ceux qui vous foutent dans la merde, ne le font pas toujours pour votre malheur. Ceux qui vous en sortent, ne le font pas toujours pour votre bonheur

Avatar du membre
Françoise
Administratrice
Administratrice
Messages : 10885
Enregistré le : mardi 01 avril 2003 17:03
Zodiaque : Poissons

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par Françoise » samedi 20 décembre 2014 9:41

J'aime bien l'évocation de Vasil Levski... ,-bg

VUK HERCEGOVAC
Insatiable
Insatiable
Messages : 2578
Enregistré le : vendredi 13 février 2004 21:28

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par VUK HERCEGOVAC » samedi 20 décembre 2014 10:31

Merci...je n'arrive pas à me détacher...Pourtant,à chaque fois,je me dis qu'il faut que j'arrête de me faire du mouron pour ces péquenots balkaniques incultes, (c'est la même chose avec l'Hercegovina).Il m'arrive parfois d' "enrager" devant tant de "servilité" de la part de nos dirigeants chepa chepa Je n'arrive pas à comprendre comment la "raja",pourtant pleine de bons sens à la base,en est réduit à supporter une telle dérive dans la gestion de ses intérêts bien compris.Certes la Russie nous "domine",mais c'est la rançon de la Nature.Le Soleil "domine" bien la Terre,la Terre "domine" bien la Lune,du moment où nous trouvons chacun nos comptes.Et quand cela tourne au vinaigre,il est bon de revenir aux fondamentaux... Et :yeees: Vasil LEVSKI :yeees: est la lueur qui nous montre le chemin en ces temps obscurs,il marque le renouveau de la conscience politique bulgare,et selon ses "hadiths",il aurait émis des doutes sur le choix d'un "roi", car cela ne rimait à rien de s'en choisir un,car nous avion déjà un sultan.
----------
C'est pas le cheval qui tire la charrette, mais la carotte

VUK HERCEGOVAC
Insatiable
Insatiable
Messages : 2578
Enregistré le : vendredi 13 février 2004 21:28

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par VUK HERCEGOVAC » samedi 10 janvier 2015 19:52

  Même en dehors de l'Espace Schengen,la Bulgarie se doit de (sauve)garder les frontières de la Commission...  
Les militaires viennent en renfort à la PAF
bojko-en-uniforme.jpg
bojko-en-uniforme.jpg (8.04 Kio) Vu 2110 fois
Des militaires bulgares apporteront un soutien logistique pour assurer une meilleure protection de notre frontière. C'est ce qu'a fait savoir le Grand Vezir Bojko Metodiev Borisov et de préciser : "Les conducteurs de véhicules tout terrain et de camions issus de l'armée transporteront les policiers et les garde-frontière que nous affectons aux postes-frontière, car l'armée bulgare est dotée d'équipements et de véhicules très performants, conduits par des conducteurs très professionnels qui sont en mesure d'affronter les terrains les plus accidentés. Un dispositif de sécurité supplémentaire que le Grand Vezir a évité de nommer "clôture" sera mis en place à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie. Les routes seront également rénovées, car elles traversent des zones montagneuses à haut risque, surtout l'hiver, a ajouté Bojko Metodiev Borisov.

Izvornik: bnr.bg
  Des réponses idiotes à des problèmes sérieux. Affecter des militaires à des opérations de basses polices c'est comme coller un sparadrap à une jambe de bois...  
----------
Il ne faut jamais désespérer des imbéciles. Avec un peu d'entraînement, on peut en faire des militaires

VUK HERCEGOVAC
Insatiable
Insatiable
Messages : 2578
Enregistré le : vendredi 13 février 2004 21:28

Re: Bulgarie dans l'UE

Message par VUK HERCEGOVAC » mardi 13 janvier 2015 19:34

  Il semblerait que notre Grand Vezir Bojko Metodiev,à Bruxelles,tente le tout pour le tout pour remettre le gazoduc sur les rails,mais après cela,il lui faudra aller à Moscou avec 2 Karakašans,au moins.  
Борисов в Брюксел за разговори по "Южен поток"
borissov_patriarche-neofit.jpg
Le grand Vezir recevant l'onction avant sa croisade
borissov_patriarche-neofit.jpg (16.41 Kio) Vu 4289 fois
Премиерът ще се срещне със заместник-председателя на Европейската комисия Марош Шевчович и с комисаря по регионалната политика Корина Крецу, както и с българския еврокомисар Кристалина Георгиева.
Газопроводът "Южен поток", алтернативите за България и желанието на правителството за изграждане на газов възел у нас, се очаква да бъдат основни теми на предстоящия днес в Брюксел разговор на премиера Бойко Борисов със заместник-председателя на Европейската комисия Марош Шевчович, съобщава БНР.
Шевчович, който отговоря за бъдещия европейски енергиен съюз, след два дни ще бъде в Москва за среща с руския енергиен министър. Борисов ще разговаря и с комисаря по регионалната политика Корина Крецу, както и с българския еврокомисар Кристалина Георгиева.Заедно с министър-председателя, в Брюксел са вицепремиерът по еврофондовете Томислав Дончев и министърът на енергетиката Теменужка Петкова.

Boyko Borissov, à Bruxelles, va tenter de convaincre les caciques de la Commission de revenir sur leurs objections quant à la réalisation du "South stream"...Un projet vital pour la Bulgarie.

Izvornik: pressadaily.bg
----------
Tout captif porte dans sa main le pouvoir de détruire sa servitude


Répondre