Nature - Les champignons des bois

Les innombrables richesses naturelles de la Bulgarie.
Répondre
Avatar du membre
Françoise
Administratrice
Administratrice
Messages : 10885
Enregistré le : mardi 01 avril 2003 17:03
Zodiaque : Poissons

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par Françoise » dimanche 04 novembre 2012 19:52

Dernier message de la page précédente :

girod » dimanche 04 novembre 2012 17:44 a écrit :Ah ce Facebook ... Concurrence déloyale
Ouiiiiiiiiiiiiiiii !
Quelqu'un envoie une image et d'autres cliquent sur "J'aime" :lol:


Avatar du membre
etienne_bxl
Insatiable
Insatiable
Messages : 1299
Enregistré le : mardi 01 avril 2008 15:50
Zodiaque : Balance

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par etienne_bxl » lundi 05 novembre 2012 9:14

etienne_bxl » 04 mai 2008 a écrit :Voici les noms en bulgare

Amanite des Césars---------Булка гъба--------------------------Amanita caesarea
Bolet à pied rouge-----------Червеностъблена манатарка--Boletus erythropus
Bolet rude---------------------Обикновена брезовка-----------Leccinum scabrum
Bolet satan (toxique)--------Дяволска гъба---------------------Boletus satanas
Cèpe de Bordeaux-----------Обикновена манатарка---------Boletus edulis
Chanterelle / girolle---------Пачи крак--------------------------Cantharellus
Collybie à pied velouté------Зимна припънка------------------Flammulina velutipes
Coprin chevelu---------------Порцеланова копринка--------Coprinus comatus
Lépiote élevée----------------Сърнела---------------------------Macrolepiota procera
Marasme des Oréades-------Обикновена Челядинка-------Marasmius oreades
Morille-----------------------------------------------------------------Morchella
Oreille de Judas--------------Юдино ухо-------------------------Auricularia auricula-judae
Pied-de-mouton--------------Жълта рогачка-------------------Hydnum repandum
Pleurotte----------------------Кладница (гъба)-----------------Pleurotus ostreatus
Mousseron-----------------------------------------------------------Calocybe gambosa
Tricholome Pied-bleu--------Виолетка---------------------------Lepista nuda
Vesse de loup géante-------Гигантска пърхутка--------------Langermannia gigantea
.
Bonjour Françoise et toutes et tous les autres

Булка гъба = Amanita caesarea = Oronge

Булница, pour voir plus d'information il faut regarder le site http://medpedia.framar.bg/

dans la recherche Булка гъба et Булница c'est le même champignon, c'est à dire l'Oronge.

,-bg

Avatar du membre
etienne_bxl
Insatiable
Insatiable
Messages : 1299
Enregistré le : mardi 01 avril 2008 15:50
Zodiaque : Balance

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par etienne_bxl » lundi 05 novembre 2012 9:23

page-botanika.png
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

Avatar du membre
Françoise
Administratrice
Administratrice
Messages : 10885
Enregistré le : mardi 01 avril 2003 17:03
Zodiaque : Poissons

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par Françoise » lundi 05 novembre 2012 10:20

Merci Etienne :D

Avatar du membre
Chantal
GM
GM
Messages : 3533
Enregistré le : mardi 24 octobre 2006 22:06
Zodiaque : Balance

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par Chantal » lundi 05 novembre 2012 17:48

j'aime bien le nom des chanterelles ! :yeeess:

elenash
passionné
passionné
Messages : 286
Enregistré le : dimanche 18 décembre 2011 20:48

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par elenash » lundi 05 novembre 2012 19:04

Merci Etienne

VUK HERCEGOVAC
Insatiable
Insatiable
Messages : 2578
Enregistré le : vendredi 13 février 2004 21:28

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par VUK HERCEGOVAC » dimanche 18 novembre 2012 9:55

A tous les amateurs,un article intéressant publié en français.

Les truffes en Bulgarie... un trésor à découvrir
par Maria Dimitrova-Pichot
truffe.jpg
Connues depuis l’Antiquité, les truffes font partie du must des champignons et même si elles valent une fortune, les cultiver et surtout les dénicher relève de l’art…On en parle pour la première fois en Égypte, où, vers 2600 avant J.- C., le pharaon Khéops aimait à déguster des truffes lorsqu’il recevait les délégations qui venaient l’honorer. Dans la Bible ensuite, où les « pommes d’amour » que Léa, femme de Jacob, disputa à Rachel, vers les années 1700 avant JC, pourraient correspondre à des truffes.
Le philosophe grec Théophraste, pensait que les truffes étaient des végétaux engendrés par les pluies d'automne accompagnées de coups de tonnerre. Plutarque la considérait comme le produit de la fusion de 3 éléments (foudre + eau + terre).
La truffe en Italie a une histoire de 2000 ans. Elle est citée par le naturaliste Pline l'Ancien et par nombreux écrivains latins. Aujourd'hui les premières régions italiennes de récolte sont le Piémont, la Toscane, l'Ombrie et les Marches.
En France, la truffe en France apparaît pour la première fois sur la table de François Ier. Elle vient d'une petite ville de Bourgogne, Is-sur-Tille, à côté de Dijon. Vers 1850, les truffes noires viennent surtout du Lot, mais au début du XXIe siècle, le premier département producteur est le Vaucluse avec plus de 80 % du tonnage commercialisé, suivi de loin par la Bourgogne et le Poitou.
De nos jours, un kilo de truffes coûte plusieurs milliers d’euros et l’on se contente dans le meilleur des cas de quelques brisures ou d’une vinaigrette parfumée à la truffe.
Existe-t-il des truffes en Bulgarie ? Nous avons posé cette question à Boris Asiov [Борис Асьов], explorateur et grand connaisseur du monde des champignons :
« S’il tenait des particularités du relief et du climat du pays, la Bulgarie devrait être un pays particulièrement bien loti en terme de truffes. Mais comme vous le savez, la truffe se trouve uniquement dans les sols calcaires à une profondeur de 1 à 15 cm au pied d'arbres dit « truffiers » (chênes, noisetiers, tilleuls, charmes...). Elle se développe au printemps et grossit à partir de mi-août pour arriver à maturité plusieurs mois plus tard. Elle est alors ramassée - ou « cavée », pour employer le terme exact, à l'aide en général d'un chien truffier ou d'un cochon. Et si nous avons des cochons en abondance, les chiens truffiers sont très chers. Mais nous ne désespérons pas, car nos voisins grecs ont déjà mis en route ce business, et nous pourrions nous en inspirer. »
Il existe pas moins de six espèces de truffes dites gastronomiques, les truffes blanches qu’on cave en Italie et en Croatie et qui sont de loin les plus goûteuses et chères, les truffes noires du Périgord en France ou la truffe de Provence, connue encore comme la reine des truffes. On connaît encore les truffes musquées ou la truffe de Bourgogne qui est la plus répandue en Europe. Sans oublier les truffes chinoises qui sont parfois frauduleusement colorées par des escrocs.
« Pour se développer à leur avantage, les truffes ont besoin de conditions optimales de « cohabitation » avec différentes espèces d’arbres qui favorisent leur fructification souterraine, dit encore Boris Asiov. – Et ce microclimat est plutôt rare à obtenir. Et il s'agit d'une véritable symbiose entre le champignon et l'arbre : celui-ci profite pour son développement de la présence du mycorhize qui fabrique divers produits comme des sucres, des vitamines et des hormones. La récolte de la truffe est plus qu’aléatoire, ce qui explique la rareté et la cherté de ce champignon. »
La Bulgarie a découvert les truffes il y a un peu plus d’une dizaine d’années. Au début, tout se faisait dans le secret le plus impénétrable, voire même la clandestinité. Puis quelques entrefilets sont apparus dans la presse levant le voile sur ce business plus que lucratif. Les premiers chiens truffiers ont été achetés et tout porte à croire que la Bulgarie est riche en truffes noires dont on connaît mal les « gisements ». N’empêche que depuis quelques années des investisseurs étrangers ont décidé de s’orienter vers cette friche agricole, si l’on en croît les révélations d’un Bulgare qui travaille pour une société, spécialisée dans les truffières. Une chose est sûre, il s’agit là d’une excellente perspective pour une agriculture hautement rentable, pour laquelle les sols et les conditions climatiques bulgares sont tout indiqués.

Source : bnr - version française : Sonia Vaseva
----------
À l'automne, les arbres font des effeuillages pour faire pousser les champignons
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

elenash
passionné
passionné
Messages : 286
Enregistré le : dimanche 18 décembre 2011 20:48

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par elenash » dimanche 18 novembre 2012 21:24

Pas mal celle de la photo, nous aussi on en a en Provence sous les chênes et les noisetiers et c'est vrai que c'est très cher et il faut faire attention où on les ramasse, sinon on peut se faire prendre un coup de fusil...

Dans l'article il est dit :
" Dans la Bible ensuite, où les « pommes d’amour » que Léa, femme de Jacob, disputa à Rachel, vers les années 1700 avant JC, pourraient correspondre à des truffes.

Ce n'était pas des truffes, c'était des mandragores c'est une racine de la famille des ( pommes de terre), en médecine c'est un narcotique et un antispasmodique certain la considère comme un aphrodisiaque c'est sans doute pour ça qu'elle se le disputait.... !

Avatar du membre
Benjo
фанатик
фанатик
Messages : 512
Enregistré le : lundi 12 avril 2004 15:55
Zodiaque : Scorpion

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par Benjo » mardi 20 novembre 2012 21:47

J'aime super:

lol ptdr mdr comme disent les djeunes sur faissebouque :D

Avatar du membre
etienne_bxl
Insatiable
Insatiable
Messages : 1299
Enregistré le : mardi 01 avril 2008 15:50
Zodiaque : Balance

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par etienne_bxl » samedi 15 décembre 2012 13:54

Voici les prix en France :
prix_champi.png
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

jo bulgarov
чирак
чирак
Messages : 61
Enregistré le : vendredi 25 janvier 2013 18:19
Zodiaque : Balance

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par jo bulgarov » dimanche 27 janvier 2013 14:02

quelques cepes dans les rhodopes. Non ca ne pousse pas dans des camions!
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

Avatar du membre
etienne_bxl
Insatiable
Insatiable
Messages : 1299
Enregistré le : mardi 01 avril 2008 15:50
Zodiaque : Balance

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par etienne_bxl » mardi 30 juillet 2013 1:32

VUK HERCEGOVAC » 26 mai 2012 a écrit :
À "Pirogov",6 personnes ont été hospitalisées après avoir consommé des champignons pas très digestes...
  Donc,une prudence lors de la cueillette est requise...  

Ca fait froid dans le dos 6 personnes hospitalisées, à cause des champignons!

Avatar du membre
etienne_bxl
Insatiable
Insatiable
Messages : 1299
Enregistré le : mardi 01 avril 2008 15:50
Zodiaque : Balance

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par etienne_bxl » mardi 30 juillet 2013 1:44

CHAMPIGNONS :
Toxicologie
Syndrome digestif banal. De nombreux champignons sont souvent indigestes; une
consommation excessive d'espèces comestibles ou une cuisson insuffisante peuvent
être la cause de dérangements intestinaux. Certaines espèces sont plus indigestes que
d'autres ou occasionnent des accidents ± graves, parfois aléatoires selon la susceptibilité
des consommateurs. Les syndromes gastriques viennent de:
Russules et lactaires âcres, mal cuits ou non blanchis. Le bolet Satan serait consommable
bien frais et suffisamment cuit mais des accidents ont cependant été signalés,
avec nausées, vomissements et parfois coliques ou diarrhées, et même hospitalisation.
Agaricus xanthoderma (psalliote jaunissante) et A. romagnesii (psalliote radicante) provoquent
des digestions pénibles avec lourdeurs d'estomac, parfois vomissements et
plus rarement diarrhées, généralement sans séquelles graves. Certains consommateurs
ne semblent pas sensibles. Macrolepiota venenata (fausse lepiote déguenillée) possède
à peu près les mêmes symptômes avec parfois perte de connaissance dans les cas graves,
mais serait bien tolérée, selon certains consommateurs, après cuisson prolongée,
en ragoûts ou plats mijotés. Tricholoma josserandii et certaines formes de T. pessundatum
sont les rares tricholomes déconseillés, en plus du T. pardinum plus dangereux et
cité plus loin, avec les equestres.
Il existe des formes écologiques parfois indigestes ou mal supportées d'Amanita rubescens
(oronge vineuse), sous conifères, Clitocybe nebularis, parfois Lepista nuda
(le pied bleu), Lepista inversa, Armillariella mellea et Flammulina velutipes, mal
conservés ou consommés tardivement. Certaines récoltes de Russula olivacea ont
provoqué quelques accidents en Italie. Les hypholomes et de nombreux entolomes et
hébélomes sont déconseillés.
Syndromes intestinaux. Les espèces précédentes peuvent aussi occasionner des
diarrhées. Ramaria formosa (clavaire élégante) est simplement purgative sans gravité;
R. pallida [mairel] semble plus dangereuse. Les bolets (Suillus) du groupe granulatus
et plus rarement S. luteus (la nonnette voilée) sont réputés pour leurs accidents
purgatifs ± aléatoires mais parfois pénibles ou fatigants.
Syndrome cardiovasculaire. Rare, occasionné par l'ingestion de quelques espèces
de coprins (généralement C. atramentarius, C. micaceus et affines) en même temps
que des boissons alcoolisées; c'est l'effet "Antabus" utilisé parfois en médecine pour
la désintoxication des alcooliques. Se caractérise par une vasodilatation intense, surtout
au niveau de la face, avec rougeurs et troubles cardiaques, apparemment sans
grande gravité. Le traitement consiste surtout à supprimer les boissons alcoolisées
pendant plusieurs jours.
Syndrome hallucinogène ou psilocybien. De nombreuses espèces exotiques (strophaires
et psilocybes, parfois lycoperdons, du Mexique; russules et bolets du Pacifique
etc.) ont été étudiées pour leurs propriétés hallucinogènes parfois utilisées au cours de
rites religieux. En Europe seuls quelques panaeoles et le Psilocybe semilanceata semblent
posséder suffisamment de psilocybine mais parfois de façon aléatoire. On soupçonne
aussi Stropharia aeruginea et caerulea, Mycena pura et quelques hypholomes et
psathyrelles. (Voir Roger Heim, Champignons toxiques et hallucinogènes).
Syndrome ergotique. Occasionné par les alcaloïdes des ergots de graminées qui
sont des sclérotes de Claviceps (Ergot de seigle) . Les intoxications, souvent accidentelles,
étaient connues sous le nom de "Feu de St. Antoine", avec pour principal symptôme
une vasoconstriction intense avec gangrène des extrémités et parfois la perte
de doigts ou de membres dans les cas graves (farines ergotées en boulangerie, foin
ergoté pour l'alimentation du bétail etc.). Néanmoins certains dérivés de l'ergot de
seigle sont très utilisés en médecine.
Sydrome rés inoïde ou gastro-entérique. ou gastro-entérique. Syndrome intestinal très douloureux avec
tableau clinique souvent spectaculaire et alarmant (douleurs abdominales intenses)
et d'apparition rapide, de quelques minutes à une (ou deux) heures après l'ingestion.
Les calmants nerveux et antispasmodiques ont souvent rapidement raison de ces désagréments,
et les séquelles sont rares, sauf en cas de déficience préalable hépato-rénale.
Les champignons responsables sont appelés "les Méchants": Tricholoma
pardinum, Omphalotus illudens (Clitocybe ou pleurote de l'olivier) et Entoloma lividum.
Ce dernier, appelé "le Perfide", est considéré comme le plus "méchant' des trois.
Syndrome muscarinien. La muscarine est un dérivé de la choline à propriétés voisines
de celles de l'ésérine ou de la pilocarpine (ralentissement du coeur, vasodilatation
avec baisse de tension , augmentation du péristaltisme intestinal avec diarrhées,
sueurs, salivation et parfois nausées et vomissements). L'antidote classique est la
belladone (atropine) mais il doit être utilisé avec circonspection.
Les champignons responsables sont: nombreux inocybes, en particulier ,. patouillardii,
,. fastigiata, ,. asterospora, ,. geophylla etc., clitocybes blancs des groupes de
C. dealbata-rivulosa, C. candicans, C. cerussata etc. Les confusions viendraient du
rarnassage des hygrophores blancs. L'amanite tue-mouche (A. muscaria) contient de
faibles quantités de muscarine (d'où le nom), mais insignifiantes par rapport à d'autres
toxines aux effets ± opposés (cf ci-après).
Syndrome myco-atropien ou panthérinien. Intoxication assez complexe dont une des
toxines, découverte sous le nom de myco-atropine ou pilzatropine, serait responsable de
symptomes ± atropiniques, donc opposés aux précédents, c'est à dire augmentation du
rythme cardiaque, vasoconstriction et hypertension, assèchement des rnuqueuses etc,
symptomes ± modifiés par d'autres toxines mal connues, les unes à propriétés ± dopantes,
amphétaminiques ou adrénaliniques (à petite dose) et d'autres ± hallucinogènes,
voire aphrodisiaques. Ces effets se manifestent rapidement après l'ingestion.
Les champignons responsables sont: formes "écologiques" d'Amanita junquillea
(amanite jonquille), d'ailleurs souvent consommée impunément; l'amanite tue-
mouche (A. muscaria), peu dangereuse à petite dose; les cas mortels sont rares
ou il s'agit d"overdose" chez les peuplades qui s'en servaient comme drogue excitante
au cours d'orgies particulières; l'amanite panthère (A. pantherina) est plus
dangereuse et il a été signalé des cas mortels.
Les traitements sont à base de calmants, barbituriques, bromures etc. Les antidotes
de l'atropine (ésérine ou pilocarpine) ne semblent pas donner les résultats escomptés
du fait de la complexité des toxines responsables (voir ci-dessus: rnuscarine).
Syndromes tardifs ou phalloïdiens. Ces syndromes sont remarquables par deux
points communs qui sont: l'apparition tardive des symptomes, de quelques heures à 1
ou 2 jours après l'ingestion; et la gravité de l'intoxication qui est le plus souvent mortelle.
C'est aussi une des intoxications dont le mécanisme est encore en partie mal
connu et pour laquelle plusieurs écoles de chercheurs toxicologues ont proposé solutions
et traitements parfois disparates.
Les symptomes peuvent se résumer comme suit. Apparition tardive de malaises pénibles
indéfinissables. Gastro-entérite aigüe avec vomissements, diarrhées douloureuses,
fétides ou sanguinolentes, parfois pendant plusieurs jours. Sueurs
profuses, déshydratation et soif intense. Périodes de rémission; le malade se croit
guéri (et peut même reprendre ses activités normales). Reprise des symptomes précédents
avec hypothermie, refroidissements, pâleur cadavérique (tableau clinique du
choléra) puis prostration, coma et mort si absence de traitement; c'est la phase dite
"hépato-toxique".
" s'agit en fait d'une hépatite grave dont le mécanisme, très compliqué, peut se résumer
succinctement par une destruction des cellules hépatiques entraînant l'arrêt de la
synthèse des acides aminés, enzymes etc, nécessaires à la vie ... on peut parler d'un
"antibiotique" à l'échelon humain. Les traitements ont été nombreux et leur histoire
prendrait trop de place ici ; disons qu'ils sont du ressort d'hôpitaux spécialisés et qu'en
attendant on peut toujours donner des boissons chaudes, sucrées ou salées avec adjonction
de vitamine C et d'un antibiotique intestinal de type furadoïne. L'administration
en perfusion est évidernment plus efficace que par voie orale.
Le syndrome phalloïdien proprement dit, le plus grave et (en Belgique) responsable de 95% des
accidents mortels, est du à l'ingestion des amanites du groupe phalloides, A. phalloides:
type et var. alba, A. verna, et A. virosa. Les confusions viendraient surtout du
ramassage rapide des tricholomes verts ou jaunes des groupes sejunctum, fucatum
et equestre; ou blancs (Trichcoloma columbetta). Se méfier aussi des russules
vertes: R. virescens, aeruginea, heterophylla etc. pour l'amanite phalloïde, et des
psalliotes et lépiotes (Leucoagaricus) pour les suivantes.
Le syndrome dit para-phalloïdien, maintenant considéré comme identique au précédent,
voire presque aussi grave, est occasionné par:
Les lépiotes du groupe helveola et affines (L. helveola, L. josserandii, L. kuehneri, L.
brunneoincarnata, L. pseudohe/veola etc.). Toutes les "petites" lépiotes (moins de 10
cm) doivent être considérées comme suspectes et ne doivent pas être consommées,
les quelques rares comestibles étant très faciles à confondre avec les toxiques. Galerina
marginata (et affines) et Pholiotina (Conocybe) filaris. La première ne doit pas
être confondue avec la pholiote changeante (Kuehneromyces mutabilis). La suivante
est très rare et relativement gracile pour être consommée mais tout est possible si l'on
a l'habitude de ramasser les galères et conocybes.
Le syndrome orellanien. Les troubles hépatiques sont parfois moins accusés mais souvent
accompagnés de néphrites graves pouvant entraîner la mort par crise d'urémie.
Cortinarius orellanus, C. speciosissimus, C. orellanoides et affines sont les principaux
responsables. Confusion difficile avec les comestibles classiques mais ce sont les
consommateurs de cortinaires qui sont en danger, d'autant plus que ce genre était
considéré autrefois comme entièrement comestible. Cortinarius splendens et divers
Phlegmaciurn (Scauri,) de couleurs jaunes ou orangées; faciles à confondre avec les
tricholomes du groupe "équestre". Ces cortinaires ne sont pas toujours rnortels mais
les séquelles rénales sont très graves et souvent irréversibles (rein artificiel). Les dermocybes,
surtout ceux à couleurs rouges (Cortinarius sannguineus, anthracinus,
phoeniceus, cinnabarinus etc.) sont considérés comme suspects jusqu'à nouvel
ordre, de même que les cortinaires de couleurs roussâtres, jaunes ou rougeâtres qui
contiennent souvent des dérivés anthraquinoniques responsables des accidents.
Le syndrome gyromitrien, de gravité variable ou aléatoire, ne se déclancherait qu'à
la suite de l'ingestion de champignons frais, insuffisamments cuits, ou alors en quantité
trop importante ou trop souvent renouvelée.
Gyromitra esculenta et espèces affines, souvent vendues sur les marchés ou en
conserves, ne seraient consommables sans danger qu'après dessication puis cuisson
importante après avoir rejeté la première eau; les conserves ne semblent pas
occasionner d'accidents jusqu'à nouvel ordre. On a aussi incriminé les effets de
sensibilisation à la suite de consommations répétées. Sarcosphaera crassa (pézize
remarquable). " est conseillé de s'en abstenir même cuite. Pour les helvelles (H. crispa
et lacunosa) une cuisson suffisante écarte tout danger. Paxillus involutus ne pourrait
être consommé qu'en ragoûts et plats fortement mijotés; s'en abstenir totalement
est peut-être plus prudent.
Enfin il faut admettre que même les morilles, toujours bien cuites, et en quantité trop
importante ont peut-être occasionné des petites crises de foie sans gravité mais il s'agit
parfois de simples excès alimentaires ou d'une sensibilité individuelle particulière.
Des syndromes nouveaux ont été découverts récemment:
a) Rhabdomyolyse aigüe, symptômes douloureux provoqués par les tricholomes du
groupe T. equestre, en particulier T. auratum (Bidaou.) en cas de consommation trop
importante ou répétée.
b) Acromélalgie: douleurs et brûlures des extrémités des membres occasionées par
Clitocybe acromelalga au Japon et C. amoeonolens en France, ce dernier pouvant
rappeler les lépistes du groupe inversa.

Extrait du livre "Champignons de France et d'Europe occidentale" écrit pat Marcel Bon

elenash
passionné
passionné
Messages : 286
Enregistré le : dimanche 18 décembre 2011 20:48

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par elenash » mardi 30 juillet 2013 8:46

Merci pour Ces informations Etienne

En tout cas ceux là sont très bons..............
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

Avatar du membre
etienne_bxl
Insatiable
Insatiable
Messages : 1299
Enregistré le : mardi 01 avril 2008 15:50
Zodiaque : Balance

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par etienne_bxl » mardi 30 juillet 2013 14:05

Bonjour, est ce des champignons trouvés en Bulgarie?

elenash
passionné
passionné
Messages : 286
Enregistré le : dimanche 18 décembre 2011 20:48

Re: Nature - Les champignons des bois

Message par elenash » mardi 30 juillet 2013 17:51

non je suis en France ........c'est des cèpes vous en avez en Bulgarie.


Répondre